A LA UNE Mercedes-Benz 500 K
Mercedes-Benz 500 K

La Mercedes-Benz 500 K fait partie des joyaux de l’histoire de la marque allemande. L’exemplaire vendu par Bonhams au Concours d’Elégance de Chantilly présente de plus un pedigree peu commun. Vedette du stand Mercedes au Salon de Berlin, elle fut dérobée à son premier propriétaire à la fin des années 1930.

Dès la fin de la première Guerre Mondiale, les ingénieurs de Daimler planchaient sur le sujet de moteur à compresseur. En 1933, la 380 inaugura en série le premier huit-cylindres en lignes à compresseur. C’est le bloc de la 380 qui servit de base à celui de la 500 K. D’une cylindrée de 5.019 cm3, il développait 100 ch en régime stabilisé et 160 ch lorsque le compresseur était enclenché. Summum du luxe de la gamme, la Mercedes-Benz 500 K était vendue le double d’une Hörch huit cylindres concurrente.

Le châssis numéro 105380 qui illustre ces colonnes fut la vedette de la vente aux enchères Bonhams du Concours d’Elégance de Chantilly. Cette auto, une des vingt-neuf 500 K carrossées en roadster sur les trois cent quarante-deux produites. Elle a été adjugée pour la somme de 5.290.000 €. Si le châssis 105380 n’a pas le bénéfice d’un ancien propriétaire célèbre, son histoire mérite tout de même d’être contée. A sa sortie d’usine, ce roadster n’était pas habillé de la robe rouge qu’il arbore aujourd’hui. L’auto fut en effet présentée au Salon de Berlin du 14 au 22 février 1935 dans une teinte verte, une des premières peintures métallisées de l’histoire de l’automobile. Par la suite, elle fut achetée le 25 avril par Hans Fiedrich Prym, propriétaire d’une importante entreprise de produits métalliques, allant du bouton pression aux pièces de haute technologie.

La Mercedes-Benz 500 K volée à son premier propriétaire

La Mercedes-Benz 500 K disparut une nuit des entrepôts Prym. La voiture volée ne refit jour que bien plus tard, dans les années 1970, dans la collection de Russel Strauch aux Etats-Unis. Les héritiers de la famille Prym entreprirent de récupérer l’auto lorsqu’elle revint en Europe. Ceci après négociations sous contrôle judiciaire. Soixante-dix ans après, ce sont donc les premiers propriétaires qui sont de nouveau à l’origine de la vente !

Retrouvez le dossier complet sur cette Mercedes-Benz 500 K dans le numéro 1 d’Original Vintage. Celui-ci est disponible sur la boutique en ligne CPPresse.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Envie de découvrir nos dernières actualités en avant première ?

Découvrez avant tout le monde :
  • Le thème de nos prochains magazines
  • Les actualités croustillantes du moment
  • Nos dernières offres promotionnelles
Holler Box